Bio

Née en 1969 à Toulouse, Hélène Morsly vit depuis bientôt quinze ans à Sète. Après des débuts professionnels dans l’éducation populaire, dont elle reste militante, elle a été journaliste de presse écrite, puis s’est saisie d’une caméra en arrivant à Sète. Pour la lumière et pour les gens.
Devenue cinéaste, elle a une dizaine de films à son actif, tous en lien avec le territoire et les notions d’appartenances populaires.

  • Joutes la relève / Les passeurs de joutes (2006)
  • Jacques Bertin, le chant d’un homme (2006 – co-réalisation avec Philippe Lignières)
  • Les voix du stade, le rugby de l’enfance et des jardins (2008)
  • François Liberti, la campagne de Sète (2009)
  • Les hommes et l’étang, « et si le printemps ne revenait pas ? » (2011)
  • Camelia, la plus belle des javas (2012)
  • Il partit de Compiègne / Là où le destin de notre siècle saigne (2014)
  • Il y a des théâtres qui chantent (2014)
  • Bufa lo Cerç e raja l’Orb… E filma Miquel Cans (2015)
  • Mes saisons de Sète (2017)

Elle a également publié deux livres, L’écart et Deuil (éditions N&B), réalisé des émissions de radio (radio Canal Sud à Toulouse), co-écrit des films pour des collègues réalisateurs et collaboré à différentes revues et magazines.