Archives pour la catégorie Présentation des films

L’écrit du chœur

Visuel l'ecrit du choeur JPGA Sète, dans le quartier populaire de l’Ile de Thau, tous les mardis après-midi, dans les locaux de la médiathèque Malraux, des femmes et des hommes chantent ensemble. Sous la baguette bienveillante de deux musiciens, Daniel Zarb et Pierre Canard, voilà quatre ans maintenant que la troupe musicale enchaîne l’apprentissage de chansons françaises en s’accompagnant de percussions. Une fois par mois environ, quelques-un.e.s des membres participent également à des ateliers d’écriture mis en œuvre par l’autrice Juliette Mezenc. Cette troupe, « Cuisine-moi une chanson », est issue d’un projet plus ancien, « Le goût de la mémoire », où il s’agissait par des ateliers d’écriture et de cuisine d’échanger ses savoirs et souvenirs. Ce film dit la force des liens créés au fil des ans, ce plaisir à être ensemble, tous horizons confondus, et l’importance de ces rencontres dans la vie de chacun.e.

Voir le film ici.

Mes Saisons de Sète

SaisonsSètePar ce film, j’ai voulu donner à voir l’identité et la culture populaire d’une ville portuaire, Sète, et le rapport que j’ai entretenu avec elle en y vivant et la filmant pendant plus de dix ans.
Je suis partie du livre «Sète» (éd. Loubatières) écrit par Yves Rouquette et illustré par Pierre François, comme un guide à la main, pour ponctuer une balade filmée dans la ville à la rencontre de quelques-uns de ses habitants.
Un long entretien avec Yves Rouquette, réalisé en 2008, sur la notion d’identité populaire, charpente le film.
Portrait impressionniste d’une ville, le film croise les lectures, les prises de paroles, les errances et les scènes sur le vif, en prenant le temps de s’attarder avec les uns, les autres, le paysage, une rue, le port au loin, la mer, l’étang, au fil des ans et en toutes saisons.

Voir l’amorce du film ici.

Bufa lo Cèrç e raja l’Orb… (Souffle le Cers et coule l’Orb…)

Bufa

Voir le film ici.

Autour d’images d’archives réalisées par Michel Cans dans les années 50, «road movie languedocien» pour dire «la fin du village», la fin d’un monde et le début d’un autre, chaotique, incertain, dans lequel on se raccroche parfois à des branches qui menacent de tout emporter dans leur chute.
On a peur, on est seul.
Alors on se couche dans l’herbe, en contrebas d’une route déserte, on écoute le vent et le fleuve qui descend vers Béziers, on se souvient d’un poème de Joan Bodon, on l’entend…
Des enfants chantent quelque part, au loin, dans la cour d’une école peut-être.
“La pluèja tomba fina. Sul fieral, pel camin”.

Y croire, toujours, parce qu’on n’a pas le choix.
Qu’il y a un avenir et qu’il sera commun.
Des images d’hier à celles d’aujourd’hui, la voix de la réalisatrice se mêle à celles des lycéens. Des textes de Joan Bodon en passant par l’inspiration d’Yves Rouquette, ce poème filmé dit l’attachement aux territoires, la volonté de créer sans cesse du commun dans un moment de notre histoire où les velléités de séparations et de fractures sont multiples.

Création sonore et musicale : Guillaume Beauron.
Un film réalisé dans le cadre d’une résidence au lycée Jean-Moulin de Pézenas, mise en place par Languedoc-Roussillon Cinéma et le Cirdoc-Mediatèca Occitana, financée par la Drac LR, produit par l’association Maremar. 2015 / 17’.  

 

Il partit de Compiègne

VISUELFrançois Chafes partit de Compiègne le 27 avril 1944. Comme Robert Desnos, qui ne revint pas, dans le Convoi dit des « Tatoués ». Après quatre jours, trois nuits, et le wagon bondé, c’est la rampe d’Auschwitz-Birkenau. Puis un mois plus tard Buchenwald, Flossenburg, Kamens et enfin Dachau. Il revient au printemps 45 à Sète, chez ses parents, où il avait été arrêté en janvier 44, à l’âge de 17 ans, pour faits de résistance.
Avec des lycéens sétois, nous refaisons le voyage vers Dachau en Allemagne, puis Mathausen, Gusen et Ebensee en Autriche, en novembre 2013.

https://vimeo.com/96464635

Là où le destin de notre siècle saigne
Récits de déportés (Primo Levi, Robert Antelme, Charlotte Delbo, Joseph Bialot, David Rousset, Imre Kertecz) lus par les lycéens des classes de Terminale Systèmes électroniques et Maintenance de véhicules automobiles.

https://vimeo.com/96394180

Ces deux films ont été réalisés dans le cadre d’une résidence au lycée professionnel Joliot-Curie de Sète en partenariat avec Languedoc-Roussillon Cinéma financée par la Drac Languedoc-Roussillon.

 

Les voix du stade, le rugby de l’enfance et des jardins

helene_morsly_mediatheque_rodez_VoixduStadeSi on parle de culture en matière de rugby, c’est qu’en son centre il y a la parole, une langue avec son imaginaire et ses accents propres, une langue qui dit aussi bien l’affrontement que la communion. Les commentateurs de ce jeu, journalistes, chroniqueurs, amateurs des bords de stades décrivent un monde d’où l’enfance émerge au détour de nombreux récits épiques.
De Frontignan et Béziers, dans l’Hérault, au Boucau dans les Pyrénées Atlantiques, en passant par Camarès dans l’Aveyron ou Tarbes en Hautes-Pyrénées, ce film impressionniste dit le lien toujours vivace, mais toujours en péril, entre intelligence populaire et intelligence des lieux.
Mais, avant tout, Les Voix du Stade dit notre attachement commun à ces territoires et à ceux qui ont su nous raconter ce rugby, celui qui nous relie et nous ramène à l’enfance.

une co-production Les Films du Sud / TLT – 2008
avec la participation du Centre national de la cinématographie,
de la Région Midi-Pyrénées et de la Région Languedoc-Roussillon.

Voir un extrait du film ici.

Camelia, la plus belle des javas

Colorful threads bouquetLa compagnie Le Boustrophédon, après avoir mené un travail d’ateliers au Foyer-résidence Tolosane pour personnes âgées à Ramonville-Saint-Agne, décide d’associer des habitants du foyer à la création de son nouveau spectacle, « Camélia ».
Trois semaines intenses de répétitions, de constructions (marionnettes et décors), de travail d’éclairage et de son au Centre culturel de Ramonville. Le film retrace l’aventure humaine vécue en ce lieu par cette vingtaine de personnes, artistes, techniciens et personnes âgées.

http://www.leboustrophedon.fr/

https://vimeo.com/153102441

Joutes, la relève

RD_joutesA Sète, dès les premières belles journées de juin, des enfants s’entraînent aux joutes nautiques “comme les grands” : sur des chariots pour les plus petits à partir de trois ans, sur barques à partir de sept ou huit ans. Nous avons suivi une saison d’entraînement et de tournois avec notamment Valentin, 5 ans, Florian, 12 ans et Camille, 18 ans. Les joutes font partie de l’identité de la ville et de ses habitants. La pratique de ce jeu rituel est exemplaire de la manière dont se transmet cette identité populaire.

une coproduction Les Films du Sud / TLT – 2006
avec la participation du Centre National de la Cinématographie 
et de la Région Languedoc-Roussillon

Voir un extrait du film ici.

Il y a des théâtres qui chantent

face jaqUn peu plus de cent ans après son inauguration, le Théâtre Molière de Sète a bénéficié de travaux de restauration et de modernisation importants qui ont duré deux ans. Le chantier a permis de mesurer à quel point les habitants de ce territoire sont attachés à ce patrimoine communautaire.
Le film explore la question du lien des habitants et des spectateurs à l’édifice et à sa fonction, en suivant l’aventure des travaux jusqu’au retour du public dans « son théâtre ».

Une co-production Scène Nationale de Sète et du Bassin de Thau / Maremar. 51′ / 2014

https://vimeo.com/92223590

Les hommes et l’étang « et si le printemps ne revenait pas ? »

EtangOn pêche dans l’étang de Thau depuis l’Antiquité et on y pratique la conchyliculture depuis la fin du XIX° siècle. Ces activités, depuis vingt ans, sont de plus en plus menacées par l’urbanisation du pourtour de l’étang. Nombre de pêcheurs ont déjà cessé leurs activités et envisagent difficilement la relève. Pour comprendre ce que nous pourrions perdre, nous tous, à l’extinction de ce rapport singulier à son territoire, à ce qui fait une culture, nous suivons le travail de ces hommes, pêcheurs et conchyliculteurs, au fil des saisons, pendant une année, à Sète, dans l’Hérault.

un film documentaire de 69 minutes, produit par Hélène Morsly et Maremar, 2011, avec l’aide du Centre national de la cinématographie.

https://vimeo.com/130447773

François Liberti, la campagne de Sète 

0:VisuelFilm 12x18François Liberti, ancien maire de Sète et ancien député de l’Hérault, mène en 2008 la campagne pour les municipales à Sète. Militant communiste depuis son adolescence dans les années 60, il est une figure marquante de la vie politique locale, reconnu par la plupart de ses concitoyens comme une personnalité morale, intègre et toujours disponible aux fréquentes sollicitations de la population.
Pêcheur et conchyliculteur de profession, il connaît parfaitement son territoire et le raconte avec passion. Homme de terrain et de dossiers, il a voulu porter pour cette dernière bataille une démarche originale de construction d’un projet de ville en rassemblant une très large équipe qui a compté près de deux cents personnes.
Cette forte mobilisation avait un enjeu essentiel : décider de l’avenir d’une ville, à la croisée des chemins de son histoire. Créée en 1666 pour être un port sur la Méditerranée, port de commerce et port de pêche, sur un territoire où préexistaient quelques pêcheurs de lagune, la ville s’éloigne désormais de cette particularité de cité industrieuse et devient semblable aux autres villes littorales de Méditerranée.
Le film aborde dans sa première partie, « C’est maintenant ou…. » (51’), les enjeux conjoints de cette campagne et du devenir de Sète : le travail dans la ville (le port, le petit commerce, la pêche) l’urbanisation, et les effets induits sur la socialité et l’identité populaire locale.
La seconde partie, « Ce n’est qu’un combat… » (45’), se concentre plus strictement sur la bataille électorale menée par cette équipe, entre premier et second tours, les 9 et 16 mars 2008.

un film documentaire d’Hélène Morsly, 96’, auto-production, 2009, diffusion maremar

https://vimeo.com/159258377