Ce qui nous lie

Voix off du film Ce qui nous lie (Animaux totémiques)

Suivre les cortèges, les défilés, comme aller au stade, à pied, ou aux arènes de Béziers,
Entrer dans la fête profane où le rituel est sacré,
Quelque chose de religieux, au sens de relier, relier les êtres en leurs territoires,
Porter l’esprit des lieux, à dos d’hommes, une charge commune, les âmes du village.

Pierre François, le peintre sétois, lui aussi courait après les défilés.
Il m’avait dit : “va voir le poulain de Pézenas, l’âne de Bessan, le chameau de Béziers, va voir mourir le boeuf de Mèze”.
Voir, c’est-à-dire filmer.

Les animaux totémiques emportent les âmes des morts à Toussaint
et ramènent celles des enfants à naître pour Mardi-gras.
Carnaval, ça dure la semaine, ça dure depuis des siècles.
Pourquoi ça s’arrêterait ?

La tradition, cela veut dire transmettre, cela ne veut pas dire se figer en folklore désuet.
C’est un relais qu’on passe, c’est un lien.

Nous venons de très loin.

Des peintres de Lascaux, du Minotaure dans le labyrinthe, de l’Ours des Pyrénées.
Animaux de légendes, animaux fabuleux, animaux qui enchantent, qui effraient et que l’on apprivoise. Un peu.
Les trois têtes du loup de Cournonterral, le loup de Loupian, la Tarasque de Tarascon…

Animaux à qui l’on fait fête. Depuis des siècles.
Autour desquels on danse.
Et que l’on fait danser.

Etre de quelque part, de là où l’on travaille, où les enfants s’élèvent.
Cela ne veut pas forcément dire être né.
Cela ne veut pas dire être immobile, obtus, enfermé.

Cela veut dire habiter, être là, être bien et être avec les autres.

Sem de Pezenas, Sen de Bessan, Siam de Seta, Siam de fer, Sem força, nous sommes nombreux, nous sommes ensemble, nous sommes. Nous. Dire nous.

Un nous provisoire, toujours. Le nous de la fête.

Pas la fête que l’on regarde, où l’on paye pour voir,
la fête que l’on s’invente ensemble,
et où tous, toutes, deviennent un peu de l’animal totémique, avalés par lui, enfantés par lui,
passage par la mort symbolique pour renaître avec les autres, au milieu des autres,
une communauté Incarnée dans la fête,
renouvelée par la fête,
où chacune, chacun, à son tour, peut entrer.

Une utopie, peut-être…

Août 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *