Commun.e.s

Je n’ai jamais bien aimé les autoroutes. Au propre comme au figuré. C’est un peu un cliché, je m’en excuse. Mais c’est tellement vrai. Les chemins de traverse que j’ai pu emprunter m’ont souvent menée vers ma voie, le nez et les cheveux au vent.

L’été, c’est le temps des balades et des petits chemins. Au risque du chauvin, je répète à l’envi qu’en Occitanie, tout est joli… Et je me le prouve chaque année.
De communes en communes, ici un lac, là un abri, un banc, un calvaire au carrefour, le charme est dans le détail hospitalier, qui fait de l’ombre, qui apaise, qui rafraîchit. Je me dis qu’il faut bien des gens pour s’occuper de ces détails-là, des gens qui ont le souci d’autrui. Des communes, ou désormais des inter-communalités, pour mettre à disposition des habitant.e.s comme des voyag.eur.se.s ces bancs et ces lacs, gratuitement. Je leur rends grâce ici.

Voilà. C’est tout, c’est dit.
A l’an que ven… lo nas e los pels dins lo vent…

Un petit post-scriptum tout de même, il y a dans ces terres du Comminges, Comenge en Oc, et par ces chemins si jolis, une structure qui me tient particulièrement à cœur et qui me rend bien service. C’est ici. Et d’où que vous soyez, désormais, le Comminges peut atterrir tout frais chez vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.