De la mesure, en équilibre

Le monde qui se profile me fait peur. Vraiment. Et ce n’est pas qu’une histoire de virus… J’ai quelquefois envie de me rouler en boule sur le canapé les mains devant les yeux pour ne pas voir ce qui vient. Mais comme on ne se refait pas, j’avale les informations comme les cachets de Doliprane, un peu trop excessivement.

Les invectives de la rentrée ont déjà commencées, les débats à la con vont s’imposer de manière toujours plus clivantes. Il y a de quoi craindre ce monde qui vient, où l’intelligence qui est essentiellement du doute, de la mise en relation, de la mesure, de la prudence aussi, trouvera de moins en moins place.

Jean Birnbaum, dans Le Monde, publie à point nommé une série sur la « modération » chez des intellectuel.le.s qui ont éclairé le siècle dernier. On y puise quelques repères et j’avais envie de les partager, comme à chiner dans ces articles quelques cannes sur lesquelles s’appuyer quand la marche forcée en avant se fait rétropédalage angoissant :

On attaque évidemment par Albert Camus qui fut tant décrié pour cette « mesure » et cette recherche d’équilibre : « Aujourd’hui, on dit d’un homme : “C’est un homme équilibré”, avec une nuance de dédain, constate Camus. En fait, l’équilibre est un effort et un courage de tous les instants. La société qui aura ce courage est la vraie société de l’avenir.»
Quand je dis souvent que je fuis les débats, je devrais plutôt parler de polémiques : « Quel est le mécanisme de la polémique ? Elle consiste à considérer l’adversaire en ennemi, à le simplifier par conséquent et à refuser de le voir. Celui que j’insulte, je ne connais plus la couleur de son regard, ni s’il lui arrive de sourire et de quelle manière. Devenus aux trois quarts aveugles par la grâce de la polémique, nous ne vivons plus parmi des hommes, mais dans un monde de silhouettes », alertait déjà Camus en 1948 (…). « Nous étouffons parmi les gens qui pensent avoir absolument raison », résume encore l’écrivain. (…)
 « Intellectuel ? Oui. Et ne jamais renier. Intellectuel = celui qui se dédouble. Ça me plaît. (…). “Je méprise l’intelligence” signifie en réalité : “Je ne peux supporter mes doutes”. » Sans jamais viser les clercs en eux-mêmes, Camus a donc pointé leurs trahisons, leur renoncement à toute responsabilité, la bonne conscience qui est la leur quand ils délaissent la nuance argumentée pour l’intimidation outrancière. « La démesure est un confort, toujours, et une carrière, parfois », ironise-t-il. (…)
Et Birnbaum de conclure : « dans le brouhaha des évidences, il n’y a pas plus radical que la nuance. »

On continue avec Germaine Tillion, résistante et déportée à Ravensbrück en 1942 : « Dans une période où toutes les passions sont exaspérées, et d’abord les nôtres ; où nous avons les nerfs à fleur de peau et le cœur au bord des lèvres, nous ne devons pas nous abandonner aux excès de notre agacement, ou de notre dégoût, mais nous devons nous efforcer de bien voir (le peu qu’on nous laisse voir), de bien comprendre et de bien juger », affirme la résistante dès 1941.
Ethnologue, elle rappelle l’importance d’une pensée qui se conçoit toujours en mouvement : « L’ethnologie – pas seulement science humaine, mais humanisme – tient, au niveau de l’interconnaissance des peuples, une place parallèle à celle que joue le dialogue au niveau des individus : un aller-retour incessant de la pensée, incessamment rectifié. »
Après de nombreuses années passées en Algérie et avoir tenté pendant la guerre d’apporter une voie médiane, à l’instar de Camus, elle connaît bien les travers d’un virilisme qui voit s’affronter les hommes comme les bêtes : « Il existe dans les forêts de l’Amérique boréale des cervidés batailleurs et stupides qui parfois emmêlent leurs gigantesques bois et crèvent ainsi naseaux contre naseaux », remarque celle qui considère toujours l’affrontement comme une facilité hideuse, et la mesure comme une bravoure sacrée. »

Et puis on finit avec celle qui est devenue, un peu comme Camus, à la « mode » d’un temps qui pourtant ne les écoute guère, Hannah Arendt, et qui manie l’humour et la distanciation à égalité avec Germaine Tillion.
 « Si son ironie déstabilise ses interlocuteurs, ce n’est pas pour les paralyser, mais au contraire pour les obliger à s’arrêter une seconde, à faire un retour sur eux-mêmes, à renouer avec la liberté. Pas de pensée sans dialogue, avec les autres et, pour commencer, avec soi. « Parler avec soi-même, c’est déjà, au fond, la pensée », souligne-t-elle ».
Après sa couverture du procès Eichmann, cela lui fut reproché. « Je continue à penser qu’on doit pouvoir rire, parce que c’est en cela que consiste la souveraineté » (…)  Afin d’expliquer ce goût tenace, on peut mentionner une sentence du dramaturge allemand Bertolt Brecht, qu’Arendt aimait citer : « Il faut écraser les grands criminels politiques : et les écraser sous le ridicule. » Mais, aux yeux de la philosophe, ce parti pris constitue bien plus qu’une arme politique. Il engage tout un rapport à la liberté de juger. L’ironie introduit du jeu là où la pensée étouffe, elle remet le langage en mouvement. (…)
Arendt ne confond pas l’intelligence avec l’érudition, ni l’audace avec la culture – elle connaît assez d’intellectuels pour savoir que beaucoup d’entre eux, y compris parmi les plus prestigieux, sont aussi médiocres que dociles. « Je pouvais constater que suivre le mouvement était pour ainsi dire la règle parmi les intellectuels, alors que ce n’était pas le cas dans les autres milieux. Et je n’ai jamais pu oublier cela », se souvient cette juive allemande qui avait dû fuir son pays après la prise du pouvoir par Hitler.
Pour elle, la « bêtise » désigne plutôt un certain rapport à soi, une manière de coller à ses propres préjugés, jusqu’à devenir sourd aux vues d’autrui. Vous vous adressez à quelqu’un et vous avez l’impression de parler à un mur ? A coup sûr, vous touchez du doigt la bêtise. Celle qui permet à un homme de faire fonctionner une immense machine de mort sans éprouver le moindre scrupule, parce que son entendement tourne à vide, et que ce pur fonctionnement le comble. »

Voilà, j’ai envie de finir là-dessus. Sur ces deux « définitions » de l’intelligence et de la bêtise qui peuvent nous accompagner pour quelques années, celles qui viennent…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.