L’identité entre parenthèses

Je me suis rendue cette fin de mois à Montpellier. Oui, Montpellier, la ville surdouée à la sunny french tech attitude (c’est écrit sur leur tramway tout rose, ce n’est pas moi qui invente ; j’y ai même appris qu’il y avait des entreprises à extra-croissance, ça m’en a bouché un, de coin).
Et pourtant c’est bien à Montpelhièr que je suis allée me conforter, voire me réconforter. Avait lieu le colloque annuel de la Fédération pour les langues régionales dans l’enseignement public. Le thème : identitat e pluralitat. Je traduis pas.

Me conforter ? Ben oui, c’est quand meme plus intéressant de penser les rapports sociaux en terme de rapports de force, de minorités et de classes plutôt que de se penser en terme d’identités figées pseudo-culturelles qui s’opposeraient de manière essentialiste. C’est à dire que penser à la similitude de jugement d’un État bourgeois vis à vis d’un paysan limousin au début de l’autre siècle ou d’un maçon algérien dans çuilà, c’est plus parlant et stimulant pour nos révoltes à venir que d’opposer leurs identités fantasmées par un imaginaire pré-fabriqué et pré-digéré. Je résume : paysan limousin et maçon algérien même combat, ploucs corses et sauvageons issus de l’immigration maghrébine, même mépris subi.

Me réconforter ? Quand c’est aussi bien dit que ce que j’ai entendu ce dimanche 23 octobre, c’est aussi savoureux qu’un gâteau basque, un armagnac gascon, un fromage corse ou un cabecou cévenol (désolée pour les Bretons et les Flamands, je m’y connais mieux en Suds).

Pasquale Ottavi nous a embarqués, brièvement, dans une histoire que nous ne maîtrisons absolument pas sur le Continent, l’histoire de la Corse qui devrait rendre nos gouvernants beaucoup plus humbles eu égard à notre ignorance crasse. Il a énoncé en conclusion une menace des temps nouveaux ; celle des classes bilingues choisies comme exclusion des nouvelles classes populaires d’origines maghrébines, et rappelé, d’évidence, que le Ni Ni Ni est mortifère : ni Marocain au Maroc, ni Corse en Corse, ni Français en France, autant appeler ça une poudrière.

Eric Soriano a fait le détour par lui même et son pote Mohamed (et leur classe et culture populaire identiques pour cause d’enfance et de quartier communs) pour déminer le mot même d’identité aux concepts si mouvants qu’il va nous falloir l’abandonner aux identitaires ou tout au moins le mettre entre parenthèses, rappelant que c’est un processus et non un état. Bref que la vie c’est du mouvement et que « c’est régresser que d’être stationnaire ».

Et Philippe Martel a martelé que le mépris des langues régionales ou le mépris du peuple c’est kif-kif bourricot, que l’énoncé que les petits paysans dans leurs petites caboches ne pourraient pas assimiler deux langues s’opposait diamétralement, à la même époque, aux fils de bourgeois et d’aristocrates qui se fadaient des nurses anglaises. Qu’au-dessus de la république française plane un sur-moi royaliste et catholique écrasant, de nos jours encore. Et que la France, si on la fige dans une identité culturelle et linguistique comme on voudrait le faire aujourd’hui, c’est historiquement un tout petit territoire entre Orléans, Soissons, Mantes-la-jolie et je sais plus. Mais c’est pas bien grand.
Et que c’est le pays de l’universalisme, mais dans un seul pays.
Jubilatoire, fut son intervention…

Si tout cela n’est pas assez clair, je le crains, tous les liens vers lesquels je renvoie (et les recherches que nous ne manquerons pas de faire en suivant) peuvent allumer quelques lumières de plus sur des chemins de traverse, ouverts, joyeux, chantants de ce que les cultures font de mieux, quand elles font de la connaissance sans fin une source d’enchantements renouvelés.

Hugh !

octobre 2016

  • et sinon y a deux nouveaux chouettes films en noces et banquets, si vous avez 14mn, allez-y voir pour des joutes languedociennes en accéléré, et en 35mn faire un petit tour à l’île de Thau à Sète pour la fête annuelle du quartier. Et la conjonction de ces deux petits montages qui ont égayé mon début d’automne me semble être extrêmement illustrative du propos ci-dessus…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *