Une bonne fois pour toutes. Non ?

Bon, d’accord, sur le métier, on remettra cent fois le couvert ! Pas de problèmes, je ne crains pas la redite… Mais… On m’a (encore) fait remarquer que de filmer les traditions (ici) ou de parler en occitan (là), ça ferme, ça enferme, ça clôture et ça ringardise. Et ça chasse l’étranger.e…

Alors : non, non et non ! Parler en oc’, ou de langue d’oc, c’est faire œuvre de culture au sens très large de ce terme « culture » et désirer de tout cœur la transmettre. Cela n’a rien de ringard. Tout dépend de la manière et de nos intentions. Mais en soi, non. Et idem pour le berbère, le basque ou en terres maya.

Montrer, filmer ce qui du passé nous habite et nous transforme, faire lien, le créer, l’enchanter quelquefois, quand les vents nous inspirent, cela ne relève en rien du problématique « c’était mieux avant ». C’est faire lien, oui faire lien, ce qui nous manque tant.
Entre les temps et entre tous, toutes.
Habiter des pays à forte valeur culturelle imprégnée, c’est cela qui fait sens pour envisager de grands mescladis à venir, toutes origines confondues.
Habiter des pays dévastés, où l’individu ne sait plus être qu’en présence d’autres individus, sans cultures vives pour créer du commun, où l’on se réfugie dans la fabrication d’identités fantasmées, c’est la dévastation assurée, le conflit stérile et les oppositions manichéennes, systématiques et délétères. Voilà c’est dit, et re-dit. Ici, notamment.

Sinon, à propos d’enfermements, on peut aller suivre au jour le jour les enfermé.e.s du Centre de rétention administrative de Sète.

Et puis… elle est partie rejoindre Pierre François, sa femme, Maryse François, samedi 17 juin, et on peut la revoir ici, un peu perdue déjà au milieu des œuvres de Pierre en leur jardin commun de la rue Jean-Vilar à Sète.

Et de tout cela, pour tout vous dire, ce jour, je me sens un peu triste…

Juin 2018

Une réflexion au sujet de « Une bonne fois pour toutes. Non ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *