Vaincre le provincialisme en nous

ProvincialesJ’ai toujours détesté le mot de province. Je suis de l’époque où, à la télé, il y avait deux numéros de téléphone possibles pour joindre les standards de Cognacq-Jay, l’un pour Paris, l’autre pour la Province. Même pas les provinces, LA province. C’est-à-dire tout ce qui n’était pas Paris.

A Toulouse et alentour, ce mot de province à bannir était de nos combats, et c’était l’évidence. Nous n’étions pas en province, nous étions à Toulouse. Point barre. Ou à « Decaze » et son bassin minier. Ou à Millau et le Larzac à monter. Ou à Tarbes avec vue sur les Pyrénées.

J’ai compris très récemment à quel point le mot est haïssable, en lisant ce que je recommande chaleureusement à toute une chacune et tout un chacun qui voudrait savoir un peu plus de ce vaste pays : 700 ans de révoltes occitanes, de Gérard de Sède. 

Le mot de province nous vient du latin pro vincere et voudrait dire littéralement « territoires ayant été au préalable vaincus ».
Là sonne et résonne l’évidence qui m’habitait jusqu’alors : oui, le mot est réellement haïssable.
Mais alors la chose… La chose est le mot. L’attitude provincialiste que l’on rencontre fréquemment est une abomination.

Qu’est-ce qu’une attitude provincialiste ? Celle qui n’a d’yeux que pour la reconnaissance d’autrui, un autrui qui se situe de préférence ailleurs, et au mieux à Paris mais plus seulement.…

Attitude qui nous fait penser de nous-mêmes que nous ne sommes que « moyens-moyens » en regard de qui s’érige en juge des élégances et des convenances, les pourvoyeurs d’un prêt-à-penser pseudo-moderniste, ce doigt de Dieu qui s’abat sur toute chose. Et de préférence la chose culturelle. Objet et critère de sélection s’il en est, l’objet culturel.
Il y a ce qui est bon et ce qui est mauvais. Ce qui est mauvais est bien souvent produit par chez nous (quel hasard !), ce qui est bon a été dûment estampillé aux guichets centralistes. Et aujourd’hui, le centralisme s’est déguisé, il ne se décrète plus forcément à Paris, il peut se maquiller en « province ».

En finir avec la honte de nous-mêmes, traquer le provincialisme où qu’il se trouve, et en nous bien souvent, le combat à mener est permanent pour peu qu’on le garde à l’esprit.

Intemporel… écrit en 2013 et re-patiné ce jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *