Virilisme et création

L’avalanche des « moi aussi » (#MeToo) dans le cinéma a un sens. Le dernier article en date, une nouvelle enquête de Marine Turchi sur Mediapart, enfonce le clou là à l’endroit même qui fait mal depuis si longtemps (pour les non-abonné.e.s lire ici, ou faites-le moi savoir et je vous offre l’article). Où l’on parle non seulement d’attouchements et de harcèlement sur une enfant, mais aussi d’emprise et de domination sous couvert d’une initiation artistique, mais surtout sous le couvercle d’une chape de silence et de honte. Les uns étant la conséquence des autres. Conséquence qui blesse à vie et que l’on porte là, à l’intérieur, cachée ou pas, plaie profonde qui restera toujours à vif pour peu qu’on y appuie.

Mais ce sont des autres dont je veux parler, des causes : l’emprise, la domination, l’assujettissement. Pourquoi, dans cet univers du cinéma, les violences, verbales, physiques sont-elles si nombreuses ? Parce que c’est un lieu inouï de pouvoir, un univers hiérarchisé à l’extrême, un amoncellement de contrats précaires et une répartition sociale et genrée des rôles absolument hallucinante encore aujourd’hui. Comme une espèce archaïque du travail salarié, un monstre répugnant venu des grandes profondeurs de l’histoire de l’exploitation, avec une sale gueule de poisson très très vilain. J’exagère pas. Montrer « patte blanche », être adoubé.e, courir après le pognon, rougir sous le feu des critiques, se faire « repérer », envier les collègues, quêter des palmes et des prix, désirer la reconnaissance, renouveler ses cachets, et j’en passe, cela ne crée pas les meilleures conditions pour développer des relations saines, solidaires et joyeuses de travail désaliéné. Cela engendre une compétition malsaine à tous les niveaux et c’est pas l’an O1 tous les jours. Mais c’est aussi un endroit où le virilisme, montrer ses muscles ou sa grande culture (cela peut être pareil) et jouer les grandes gueules, atteint souvent son apogée.

L’emprise, la domination, le fait qu’un bonhomme de quarante ans se permette de déclarer sa flamme à une gamine de 12, s’imagine être amoureux fou, s’inventant un rôle de pygmalion-mentor surplombant jusqu’à ce que la main s’insinue là, sous le pull, pesante comme du plomb justement, sont directement liés à la posture stupide, idiote, imbécile du créateur dans notre société, avec un grand K qui écrase à la PolansKi.

Bien plus souvent homme que femme, même si le virilisme peut aussi être adopté par quelques femmes – il arrive que les dominé.e.s revêtent les oripeaux culturels des dominants -, le créateur viriliste ici-bas est une espèce pas si rare qui semble pouvoir tout se permettre, sans grand risque. Tripoter des petites filles est le paroxysme d’abus de pouvoir permanents. Entendre des réalisateurs sur un plateau parler aux équipes comme « à des chiens » est chose admise, et fréquente dit-on. Ce ne serait pas de l’autoritarisme à deux balles, mais une autorité nécessaire à la réalisation d’une œuvre.

C’est pourtant cela qu’il faut remettre en cause : cette posture d’évidence qui s’impose par la force, joue sur la peur et la terreur, laquelle cascade de postes en sous-postes dans un invraisemblable silence. Parce que si l’on veut bien aligner les parallèles, et y réfléchir cinq minutes, on entrevoit l’équivalence de positionnement autocrate et individualiste entre un Kréateur, un grand patron genre FMI ou un chef d’Etat à la Trump. L’abus sexuel est une des facettes de l’abus de pouvoir.

La révolution qui s’imposerait pour mettre à mal cette posture-là nous obligerait à déboulonner les statuts, les statues et les statures. En quoi, pourquoi, le créateur est-il supérieur à tout autre ? Il est « autre » peut-être, certainement… mais supérieur ? Franchement ? Réfléchissons.

Novembre 2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.